Notre Religion commune c'est la France

Cérémonie en mémoire des victimes des attentats du 11 septembre et du terrorisme - Dimanche 11 Septembre 2016 - Antibes-Juan-Les-Pins

Notre religion commune c'est la France

Le 11 septembre 2001, le monde entier a été frappé : à l’intérieur des tours jumelles, les victimes étaient de toutes nationalités (dont 5 français) et de toutes religions. Aujourd’hui, nous le savons, c’est là que tout a commencé.

Depuis 15 ans, la Ville d’Antibes Juan-les-Pins commémore cet événement tragique, et nous nous honorons d’avoir aujourd’hui à nos côtés Seth SNYDER, consul des Etats Unis à Marseille.

La France et les Etats Unis d’Amérique, avec des approches parfois différentes, ont souvent combattu ensemble pour la liberté.

Depuis la date funeste du 11 septembre, des scènes d’horreur se sont multipliées à travers le monde : en Irak, en Afghanistan, en Egypte, en Russie, en Somalie, au Mali, au Nigeria, aux Philippines, en Espagne, en Angleterre, en Belgique….

La France a été durement touchée. Depuis 2015, notre pays a connu les attentats les plus meurtriers de son histoire, faisant 236 victimes ; tués parce qu’ils étaient juifs, policiers, prêtre, parce qu’ils fêtaient le 14 juillet, ou parce qu’ils goûtaient aux plaisirs de la vie à une terrasse, ou à un concert.

Certains disent qu’il s’agit d’une guerre de civilisations ; il s’agit en fait d’une guerre contre la civilisation et les démocraties, une guerre qui veut anéantir les droits de l’Homme, les droits élémentaires des citoyens en utilisant une violence aveugle et barbare.

Qu’est-ce que le terrorisme ? Ce n’est pas une guerre de territoires, menée par des soldats ; le terrorisme c’est la folie meurtrière qui tue aveuglément et lâchement des femmes et des enfants, des populations civiles innocentes qui se rendent à un concert ou qui vont voir, en famille, un feu d’artifice.

Aucune cause, aucun idéal ne peut le justifier. Il est notre ennemi. Comment le combattre ? Une réponse : ensemble.

J’appelle chaque citoyen, avec calme et lucidité, sans peur et sans haine, à être un rempart et une sentinelle pour défendre son pays et ses valeurs.

J’appelle les responsables politiques à beaucoup de courage et de sang froid pour éviter l’angélisme de la soumission et la surenchère démagogique qui servent tous deux nos ennemis.

Je remercie les forces de police et de gendarmerie, de justice, nos armées, nos pompiers qui nous protègent face à cette menace nouvelle, et je demande qu’on leur donne tous les moyens humains et juridiques pour accomplir leurs missions.

Je remercie les autorités religieuses d’être présentes. Elles témoignent qu’aucune religion ne prêche la haine. Ceux qui le font n’ont rien à faire sur notre sol.

Demain, pour les musulmans, c’est la fête du sacrifice qui relate l’histoire, que l’on retrouve dans toutes les religions, de Dieu arrêtant le couteau de l’homme sur son fils. Je sais qu’à cette occasion, à Antibes, ce sont des paroles de paix qui seront prononcées par l’imam.

Je vous le dis au nom d’un grand et beau pays qui s’est souvent déchiré sur ces questions, il n’y aura pas de guerre de religion car la République respecte toutes les religions et croyances, mais exige en contrepartie le respect de ses valeurs et de l’égalité entre homme et femme.

La bataille, dans laquelle la France et les démocraties sont engagées, ne se gagnera pas uniquement avec les armes. Elle se gagnera dans les âmes.

Serait-il désuet de parler d’amour de la France et de la fierté d’être français quelles que soient la couleur de sa peau et ses convictions philosophiques ou religieuses ?

Il y a en France une religion commune, c’est la France.

Je crois à la France comme on croit à la lumière qui doit éclairer l’esprit de nos enfants, présents aujourd’hui, avec l’intransigeance de ses valeurs.

Vive la République, Vive les Etats Unis d’Amérique, Vive les démocraties, Vive la France !

  • Partager ce billet