La sécurité renforcée pour longtemps

Le maire de la cité des Remparts détaille le dispositif élaboré avec les polices nationale et municipale. Aucune manifestation prévue ne sera annulée.

Même ses adversaires lui reconnaissent cette qualité : une fois l’urgence gérée, Jean Leonetti sait prendre le temps de la réflexion. L’homme goûte peu les effets de manche qui, parfois, rendent suspectes les décisions de ses homologues.

Après les attentats de Paris, il n’a pas squatté les plateaux de télévision pour vendre "sa" solution contre le terrorisme. Il s’est gardé d’interpeller les uns pour fustiger les autres.

Contrairement à ses voisins de l’Ouest, le maire d’Antibes n’a pas annulé la moitié des manifestations sur sa commune. Contrairement à ceux de l’Est, il n’a pas mobilisé la société civile pour jouer les gros bras devant les écoles. Il sait que les mesures les plus visibles ne sont pas forcément les plus efficaces.

Il n’ignore pas que deux retraités avec un brassard "sécurité" n’arrêteront jamais un commando armé jusqu’aux dents. Alors, il a rencontré les responsables de la police nationale et de la police municipale. Et il a posé avec eux les bases d’une stratégie qui sera mise en œuvre dès demain.

La ville va-t-elle bénéficier de policiers supplémentaires?

"Non. On peut demander à l’État ce que l’on veut, la réalité est qu’on ne peut pas multiplier le nombre de fonctionnaires du jour au lendemain. Tout comme il n’est pas possible de mobiliser tout le monde, tout le temps! Si on supprime les congés pour qu’un maximum d’hommes soit sur le terrain en décembre, cela implique qu’ils seront moins nombreux en janvier ou en février. Or, nous sommes au début d’une crise qui va durer…"

Dans ce cas, comment garantir la sécurité des Antibois?

"Avec la commissaire principale d’Antibes et le chef de la police municipale, nous avons redéfini les priorités. Lors des grands rassemblements sportifs et culturels, une fouille aléatoire sera organisée. Elle est déjà en vigueur depuis hier au théâtre Anthéa. Dans les bus, une patrouille sera présente toute la journée. Dans les écoles, les conditions d’accès seront restreintes. Les parents ne pourront plus y accéder ; les tout-petits, dans les maternelles, seront pris en charge à l’entrée des établissements par les Atsem."

Quid des centres commerciaux?

"Des équipes dédiées de policiers nationaux sont mises en place. Elles travailleront en relation avec les vigiles de ces magasins."

Vous maintenez votre décision : aucune manifestation culturelle ou sportive ne sera annulée?

"Aucune ! Ni les représentations théâtrales, ni la comédie musicale programmée le  décembre à l’AzurArena [La Petite fille aux allumettes, N.D.L.R.], ni le concert du Nouvel an, ni le feu d’artifice de Juan, ni le marché de Noël... ni les matchs de basket bien sûr. Il faut être très vigilant, ne pas hésiter à donner l’alerte au moindre doute. Mais il ne faut pas arrêter de vivre !"

Source : Nice-Matin / 22-11-2015

  • Partager ce billet