Jean Leonetti,invité politique de "2017 l'invité" sur Frequece ESJ

#2017, L'INVITE – Invité de Fréquence ESJ et Air Show, pour l’émission "2017 l’invité" le 4 octobre 2016, Jean Léonetti, maire d’Antibes et député Les Républicains, s’est exprimé sur son soutien au candidat Alain Juppé pour la primaire droite, ainsi que sur l’ensemble de l’actualité.

http://www.dailymotion.com/video/x4w5sle_2017-l-invite-04-10-16-jean-leonetti_news

Le fondateur de la loi Leonetti, relative aux droits des malades et à l’aide en fin de vie, s’est exprimé sur la primaire de la droite et du centre : « Chacun choisit son champion, sans pour autant faire des exclus dans les votes », voilà ce qui résume sa vision des prochaines élections. Et son champion, il s’agit d’Alain Juppé. Des promesses faîtes concernant la victoire éventuelle de celui-ci en novembre prochain, il n’a « pas l’orgueil ou la faiblesse » d’avoir demandé quoi que ce soit en retour de son soutien. Face aux candidats de la droite pourrait se dresser un certain Emmanuel Macron. "C'est un peu curieux de voir un ancien ministre dire ce qu'il faudrait faire alors qu'il était au gouvernement" déclare Jean Leonetti, "il doit assumer ses contradictions". Il ajoute aussi que Macron est "jeune et brillant mais n'oublions pas qu'il n'a pas mis en oeuvre le programme économique de François Hollande". Un pas vers une candidature ? "Je ne sais pas, il est en marche, tant mieux pour lui, il sort de l'immobilité de son ancien gouvernement."

Pour Jean Leonetti, Alain Juppé est un "rassembleur", celui qui saura réunir toutes les familles politiques en France. Mais en face, "certains veulent cliver" selon lui, "certaines personnes veulent se retrouver dans une situation où on désigne l'adversaire". "Je pense que Nicolas Sarkozy est plus clivant qu'Alain Juppé dans la campagne qui s'annonce."

« Je suis pour une Europe d’états-nations »

Lorsque la question de l’Union Européenne est abordée, il ressort que l’Europe est « un beau projet », mais une ombre reste au tableau, le fort taux d’abstention pour les élections européennes, projetant le Front national sur le devant de la scène. « L’Europe est malheureusement de plus en plus impopulaire et de plus en plus populiste » Jean Leonetti l’affirme, il n’a pas d’ennemi, néanmoins il est formel « s'il doit y avoir une égalité entre la gauche et le Front national, j’appellerai à voter à gauche […] je suis pour une Europe d’états-nations. » Ancien ministre de Nicolas Sarkozy, il ne souhaite pas répondre « pour une question d’éthique », aux questions concernant celui-ci pour l'affaire Bygmalion.

L’ancien ministre délégué aux Affaires européennes de 2011 à 2012 était interrogé par Baptiste Denis, Clara Ceccarelli, Clara Leger, Mathilde Moreau, Samuel Cincinnatus et Louis Chahuneau. Posez vos questions, réagissez sur les réseaux sociaux : #2017linvite

  • Partager ce billet