Fin de vie : l'Élysée avance à pas comptés sur un terrain miné

L'Élysée a sollicité Jean Leonetti, député UMP des Alpes-Maritimes et auteur de la loi sur la fin de vie qui porte son nom, et Alain Claeys, député PS de la Vienne, spécialiste de la bioéthique, sur le sujet à haut potentiel polémique de la fin de vie. L'information, publiée vendredi par Libération, a été confirmée. Les deux parlementaires devront remettre leur proposition avant le 1er décembre et le Parlement en sera saisi avant la fin de l'année

Alors que les écologistes piaffent d'impatience et menacent de prendre le sujet en main avec des propositions radicales, le président n'a plus beaucoup de temps pour tergiverser… Jean Leonetti devrait avant tout proposer des évolutions sur la prise en compte des directives anticipées, la sédation terminale et l'amélioration de la culture palliative. Des mesures qu'il avait déjà évoquées dans une récente proposition de loi. Dans l'affaire Lambert, l'ancien ministre a par ailleurs estimé que le rapporteur du Conseil d'État ne faisait qu'appliquer la loi.

Ce choix confirme l'intention de François Hollande d'éviter un texte «choc», susceptible de bouleverser une nouvelle fois une société déjà secouée par le mariage pour tous. Au risque de décevoir les partisans de «l'euthanasie active», nombreux à l'Assemblée et au Sénat? Lors de la campagne présidentielle, le candidat Hollande avait pris le soin de rester dans le flou, évoquant une «assistance médicalisée pour terminer sa vie en dignité» dans ses promesses. Le travail des deux députés, fins connaisseurs du sujet et réputés raisonnables, va s'articuler avec celui de la ministre de la Santé. Marisol Touraine doit en effet lancer des consultations après la remise du rapport du CCNE sur la fin de vie à la rentrée.

Soucre: le Figaro - 26/06/2014

  • Partager ce billet